Les attitudes de la pleine conscience par Marjan Abadie

Qu'est-ce que la Pleine Conscience?

La question de la définition de la pleine conscience se pose pour toute personne souhaitant pratiquer la méditation au quotidien. Dans cet exposé, Marjan Abadie évoque, tour à tour, les 9 attitudes de la pleine conscience, telles qu’elles ont été prodiguées par Jon Kabat-Zinn. Objectif: vous permettre de cultiver cette aptitude, mais aussi trouver les qualités nécessaires pour méditer. Enfin, développer votre propre pleine conscience, grâce à la méditation. 

Qu’est-ce qu’on appelle pleine conscience?

La pleine conscience est une aptitude à observer la réalité avec acceptation, bienveillance et sans jugements, moment après moment… après moment.

Jon Kabat-Zinn, fondateur de la méthode, a l’habitude de dire : “La pleine conscience est simple, mais pas facile”.

La culture de la pleine conscience, du moment présent, de la conscience sans jugement. Cela semble très simple, mais c’est en fait le travail le plus difficile au monde pour les êtres humains, car nous sommes pris par nos états d’esprit conditionnés.

Lorsque nous commençons à cultiver la conscience, il est vraiment important d’y apporter une certaine attitude. Pour que nous n’essayons pas de forcer les choses à se produire ou de nous asseoir dans une sorte de posture rigide ou encore d’atteindre un état spécial qui nous fait penser « voilà ce que c’est, je serai éclairé ou je serai juste sage en permanence ou je serai ceci ou cela ».

Les 9 attitudes de la pleine conscience

Les 9 attitudes de la pleine conscience sont des qualités idéales pour la pratique formelle ou informelle, que vous pouvez également garder à l’esprit dans votre vie quotidienne.

Ces éléments sont également des guides et des tuteurs pour aider et informer celles et ceux qui souhaitent apprendre la méditation pleine conscience. Par exemple, à travers le cycle de Mindfulness.  La (re)découverte de ces 9 attitudes peut être aidante pour les pratiquants de longue date dans leurs choix.

À qui cela s’adresse-t-il ?

Les 9 attitudes de la pleine conscience énoncées par Jon Kabat-Zinn sont aussi une base importante  pour les enseignants, en les éclairant d’une douce lumière bienveillante. Sur un chemin où l’erreur est possible et où apprentissage et expérience guident chaque pas.

Mais attention. Il ne s’agit pas d’un attachement dogmatique à ces principes, sachant que le non-attachement fait partie de ces attitudes/principes même. Ce sont des principes vers lesquels nous tendons avec bienveillance.

Nous sommes humains et je suis la première à reconnaître que je suis loin d’atteindre la perfection. Pourtant, à chaque pas, je m’aide de ces principes pour éclairer mon chemin. Exemples ? Quand je guide un cycle de Pleine conscience. Lorsque je supervise un apprenant pour l’aider à se développer sur ce chemin. Ou encore en entreprise et au musée. Chaque programme et chaque situation me ramènent à ces principes qui permettent d’insuffler une âme à ces programmes.

Bien entendu, appliquer ces principes nécessite une présence incarnée, comme nous le rappelle la recherche et notamment les standards de MBI TAC, qu’il me faudra développer dans un prochain article.

Quelles sont les attitudes de la pleine conscience ?

Les attitudes de la pleine conscience sont :

  1. curiosité (l’esprit du débutant)
  2. non-jugement
  3. acceptation
  4. lâcher-prise
  5. confiance
  6. patience
  7. non-effort
  8. gratitude
  9. générosité

Ces 9 attitudes (ou principes) sont étroitement liés et même connectés. L’esprit du débutant est une curiosité qui nous ouvre à la patience et au laisser-être. Cette curiosité ne peut prendre place que parce que nous  acceptons de nous laisser être et posons un regard de non-jugement.

Nous allons développer chacune de ces attitudes dans les paragraphes qui suivent.

L’esprit du débutant (la curiosité)

Pour moi, l’esprit du débutant se traduit d’abord dans le fait de regarder chaque chose, chaque être et chaque situation avec une curiosité infinie. Avec une curiosité intacte, comme si c’était la première fois, une curiosité ouverte à l’exploration et à l’accueil.

Dans l’esprit de celui qui sait,  il y a déjà un tri des informations qui se fait. Ce tri ne laisse pas de place à  la découverte ou à la surprise. Souvent, c’est en se laissant regarder les choses  de cette façon, avec un regard neuf que l’on peut trouver des solutions inattendues. 

C’est la clé pour faire des découvertes et le moteur de la créativité out-of the box en entreprise, comme dans la vie de tous les jours

On dit : dans l’esprit de celui qui sait, il y a quelques solutions; dans l’esprit de celui qui ne sait pas, il y a l’infini.

L’avis de Jon Kabat-Zinn

« Cet esprit du débutant est une belle orientation à apporter au moment présent. Ce moment est toujours frais, et nouveau. Nous n’avons jamais été dans celui-ci auparavant et pourtant nous apportons tant d’idées, d’attitudes et de désirs à chaque instant.

Nous ne pouvons pas vraiment nous permettre de passer beaucoup de temps à voir les choses comme si c’était la première fois. Imaginez que vous apportez la conscience avec vous, avec un esprit de débutant. Pour que vous voyiez les choses réellement et non pas à travers une lentille d’idées et d’opinions, mais à travers votre fraîcheur. Leur miracle, leur nature étonnante. C’est quelque chose que nous pouvons apporter à tout moment. Il a cette vertu.

Parfois nous sommes si experts que nos esprits sont tout simplement remplis de notre expertise. Mais cela nous laisse sans aucune place pour de la nouveauté ou de nouvelles possibilités. Dans l’esprit de l’expert, on dit qu’il y a très peu de possibilités et, dans l’esprit du débutant, il y a des possibilités infinies parce que nous y venons tout juste.

C’est une sorte de discipline que d’essayer d’amener l’esprit du débutant dans tous les aspects de votre vie et de ne pas rester bloqué dans nos idées et nos opinions. Sur la mesure dans laquelle nous aimons ceci ou n’aimons pas cela ou sur le résultat d’une situation particulière, lorsque nous abordons les choses avec cette fraîcheur. Elle est en fait associée à d’énormes qualités transformatrices.

Lorsque vous l’apportez à d’autres personnes, que vous êtes ouverts et spacieux avec elles et que vous n’insistez pas pour qu’elles soient comme elles étaient il y a une demi-heure, elles se sentent vues et reconnues et rencontrées d’une manière qu’elles ne connaîtraient peut-être pas autrement. Cela leur profite et cela nous profite aussi. »

Le non-jugement

Le non-jugement n’est pas inné, loin s’en faut. Souvent, sans même en être conscients, nous jugeons les choses, les personnes et les événements: utiles ou inutiles, intéressants ou inintéressants.

Comment pourrions-nous changer de posture, regarder différemment, développer de la curiosité nécessaire à l’esprit de débutant… si notre cerveau fonctionne comme une gare de triage qui prédétermine en grande partie ce que nous pensons, nous acceptons ou nous souhaitons?

Cette attitude de non-jugement ne signifie pas ne pas avoir d’opinion, mais en être conscient et ne pas laisser nos opinions et jugements nous guider automatiquement à chaque pas. Voilà une attitude nécessaire pour nous permettre de développer notre curiosité. Donc accéder à l’esprit du débutant (et le conserver). C’est ce qui nous permet d’élargir notre champ de vision pour observer… ce qui est là.
L’avis de Jon Kabat-Zinn

« C’est un élément très important de la pratique de la pleine conscience. Il fait partie de ma définition de travail de la pleine conscience, qui est la prise de conscience résultant de l’attention portée volontairement sur le moment présent, sans porter de jugement.

Le « sans jugement » est le véritable défi. Lorsque vous commencez à prêter attention à ce qui vous passe par la tête, vous découvrez rapidement que nous avons des idées et des opinions sur tout. Nous jugeons toujours les choses en fonction de ce que j’aime, ce que je n’aime pas, ce qui est bon ou mauvais. C’est comme un flux constant de jugements.

Quand nous parlons de conscience, c’est être conscient de ne pas juger, cela ne veut pas dire que nous ne serons pas jugés. Cela signifie que vous serez conscients de la façon dont nous jugeons réellement. Alors ne jugez pas le juge en vous et lorsque nous nous y référons de cette manière, nous commençons à voir que notre jugement est très souvent noir et blanc. C’est soit ceci, soit cela, bon ou mauvais. Nous sommes emprisonnés par ce genre de vision. Ne pas juger ne signifie pas que, tout à coup, on devient stupide et on se dit : je ne vais pas juger, alors je vais juste marcher dans la rue devant un camion qui arrive.

Quelle différence cela fait-il ?

Cela signifie que nous allons cultiver le discernement, c’est-à-dire la capacité de voir ce qui se passe réellement sans juger, mais de le reconnaître et de le comprendre en relation avec notre expérience. Lorsque nous parlons de conscience sans jugement, nous parlons d’un degré très fin de discernement, de clarté, de sagesse, de compréhension des interconnexions entre les choses. En même temps, on remarque la tendance à juger rapidement et à reconnaître que cela crée en fait une sorte de voile ou de filtre devant nos yeux qui ne nous permet pas de voir les choses telles qu’elles sont. Mais seulement de les voir à travers la lentille de nos propres idées et opinions.

C’est une discipline merveilleuse qui consiste à cultiver la conscience de juger et à ne pas juger les jugements que nous découvrons en nous-mêmes. Nous pouvons commencer, au bout d’un certain temps, à trouver un moyen de naviguer dans notre jugement de telle sorte qu’il ne domine plus notre vie de la même manière. Plus nous le challengeons et plus nous nous reposons sur le discernement et la conscience pure, plus nous pouvons vivre notre vie de manière authentique dans le moment présent sans nous laisser prendre par nos propres habitudes malsaines de l’esprit. »

L’acceptation

Par l’acceptation dans la pleine conscience, nous entendons accepter ce qui est là. La réalité telle qu’elle est.  C’est en acceptant la réalité telle qu’elle est, aussi douloureuse qu’elle soit, que nous pouvons y faire face de la meilleure façon possible avec intelligence et perspicacité.

Une grande partie de nos problèmes vient du fait que nous nous battons pour changer ce qui est déjà là. Ces problèmes recouvrent des champs très divers comme le relationnel, l’émotionnel ou le mental.

Prendre conscience de nos attentes et de nos jugements nous permet d’accepter les choses telles qu’elles sont réellement. Et cette acceptation nous permet de trouver des solutions adaptées à la réalité. Si je n’accepte pas ma maladie, le départ d’un être cher, un échec, je ne pourrai  pas y faire face.

L’avis de Jon Kabat-Zinn

“L’acceptation est un processus très actif. Il n’a rien de passif. Ce n’est pas une démission passive, mais c’est un acte de reconnaissance que les choses sont réellement comme elles sont. Parfois, elles ne sont pas comme nous voulons qu’elles soient.

Elle ne signifie pas que nous ne pouvons pas travailler pour changer le monde, ou pour changer les circonstances des choses. Traduction? Si nous n’acceptons pas les choses telles qu’elles sont, nous essaierons de forcer les choses à être telles qu’elles ne sont pas. Cela peut créer un nombre énorme de difficultés.

En reconnaissant la réalité des choses, nous avons le potentiel d’appliquer la sagesse dans cette situation pour modifier réellement notre propre relation à ce qui se passe de manière à ce qu’elle puisse être profondément guérissante et transformatrice. Mais sans accepter cette situation, il est alors très difficile de savoir où se situer et sans savoir où se situer, il est très difficile de faire le premier pas.

Certaines choses sont très difficiles à accepter, comme lorsque vous ressentez une douleur dans votre corps et que vous ne savez pas d’où elle vient. C’est très difficile à accepter parce que nous voulons d’abord savoir d’où elle vient.

Si nous n’avons pas de réponse à la cause de la douleur, alors il peut être très difficile de l’accepter. Mais ce que nous constatons, en travaillant avec des patients souffrant de douleurs chroniques, c’est qu’avant de pouvoir réellement travailler avec la douleur et la souffrance, il faut être accueillant et l’accepter telle quelle. Car tout ce qui a pu être fait médicalement a été fait et vous continuez à vivre avec un certain degré de douleur.

Les personnes souffrant de douleurs chroniques qui viennent dans notre clinique savent qu’il y a beaucoup de façons différentes de travailler avec la douleur. La première étape consiste à être accueillant, ce qui est très difficile à faire quand on souffre. Voilà un moyen de se libérer de la souffrance, voire l’une des façons les plus efficaces d’accepter la douleur pour guérir et transformer sa vie. C’est un facteur et une attitude très puissant dans la culture de la pleine conscience.

Le lâcher-prise

Pas d’acceptation sans lâcher prise. Souvent nous nous attachons à notre vision des choses des êtres, des situations. Cet attachement comporte son lot d’attentes et de déceptions.

Parfois, nos attentes et notre attachement à ce que les choses soient d’une façon ou d’une autre nous poussent à nous accrocher, nous crisper et nous enferment, nous empêchent de voir les choses comme elle sont.

Le lâcher-prise est cette façon simple de faire face aux chose en les laissant être telles qu’elles sont et les voir comme elle sont.  Pour cela, nous avons besoin d’oublier nos attentes, Et d’abandonner notre volonté de les modifier. Lâcher prise, c’est devenir conscient de nos attentes et de leur pouvoir sur nous, pour in fine décider de nous en libérer.

L’avis de Jon Kabat-Zinn

« L’opposé de s’accrocher ! Lâcher prise, on pourrait penser au contraire de s’accrocher ou de s’agripper. Il y a une certaine manière de s’accrocher à quelque chose quand on le veut, même si c’est une idée. Très souvent, nous nous fixons de cette manière.

C’est nous rappeler qu’il est possible de ne pas s’engager à saisir et à s’accrocher, à ce que nous voulons et à essayer de repousser ce que nous ne voulons pas. Parce qu’il est inévitable que des choses désagréables surviennent. Nous voudrons les repousser et d’autres choses se présenteront, et elles seront agréables, nous voudrons nous y accrocher.

Donc, cela signifie vraiment lâcher prise, permettre aux choses d’être telles qu’elles sont et ne pas être obligé de devoir les faire d’une certaine manière alors qu’il est prouvé qu’elles ne sont déjà plus comme ça. Par conséquent, ne pas forcer les choses va bien sûr de pair avec ne pas faire d’efforts. Permettre que les choses soient comme elles sont.

De plus, lâcher prise ou laisser les choses telles qu’elles sont, c’est permettre de reconnaître que lorsque l’on est pris par son propre désir, par son propre attachement aux choses d’une certaine manière, c’est douloureux. C’est-à-dire la porte d’entrée de la liberté. Quelque chose que l’on ne fait pas une fois, mais qu’il faut pratiquer encore et encore, moment par moment; chaque fois que l’on se surprend à s’accrocher à quelque chose, on se rappelle : il est possible de laisser faire et de laisser aller.

Le souffle peut nous le rappeler aussi, parce que chaque fois que nous inspirons, nous devons le laisser aller. Parce qu’autrement, il n’y a pas de place pour la prochaine respiration. C’est donc une partie naturelle de la vie de recevoir, puis de relâcher et de laisser aller.”

La confiance

La pleine conscience nous amène à cultiver la confiance dans la vie, dans ce qui est là, dans nos capacités. Tant que nous respirons, c’est qu’il y a plus de choses qui vont bien que de choses qui ne vont pas en nous.

Cette confiance est un pas nécessaire pour lâcher prise. Or notre esprit a une fâcheuse tendance à n’observer que des éléments qui ne vont pas bien. Comme un voyageur qui aime un lieu et y reste longtemps, notre esprit aime séjourner de longs moments à ressasser ce qui ne va pas et à s’y perdre.

L’idée est de faire confiance à notre capacité à observer les choses.

C’est cette confiance qui nous donne la capacité de faire face avec sérénité aux événements.

L’avis de Jon Kabat-Zinn

« La confiance est une attitude merveilleuse à cultiver car il y a tant d’aspects de notre vie auxquels nous sommes en quelque sorte étrangers. Tout en cultivant notre intimité avec nous-mêmes, nous cultivons également un sens profond de la confiance et de la loyauté. Un bon point de départ est avec nous-mêmes et notre corps. Pouvons-nous réellement faire confiance à la sagesse naturelle de notre corps et à la beauté de ce dernier qui soutient notre vie ?

Très souvent, nous le prenons totalement pour acquis jusqu’à ce que quelque chose de fâcheux se produise. Nous remarquons qu’en général, nous pouvons faire confiance au fait que le souffle s’occupe de lui-même. Heureusement, car si nous devions nous préoccuper de notre respiration, nous mourrions depuis longtemps.

Nous avons donc confiance en notre respiration. Confiance dans le fait que les oreilles peuvent entendre, que les yeux peuvent voir, que nos organes prennent soin de tout le métabolisme et de la biologie de la vie. Il y a une sagesse dans le corps qui peut nous rappeler que nous sommes nous-mêmes dignes de confiance, et qu’il y a tant de belles choses à la fois complexes qui se déroulent dans le corps. Alors pourquoi le cœur, l’esprit devraient-ils être différents?

Plus nous apprenons à nous faire confiance, plus nous pouvons réellement apprendre à avoir confiance dans nos relations et aux autres personnes, à la nature, aux différents défis auxquels nous sommes confrontés dans la vie. Nous pouvons en fait résider dans notre propre confiance, dans notre capacité à faire face à tout ce qui vient vers nous de manière efficace. 

Tout est basé sur la confiance en soi, et c’est quelque chose que nous pouvons cultiver par la pratique. Chaque fois que nous n’avons pas confiance en nous, nous pouvons en prendre conscience et nous rappeler que c’est peut-être une bonne occasion de passer du sentiment que nous ne pouvons pas nous faire confiance, à la confiance réelle, quand elle est en nous. Lorsque cela implique d’autres personnes, cela devient un peu plus compliqué parce que vous ne voulez pas faire confiance naïvement. Mais d’autres facteurs de sagesse nous aideront à y remédier. »

La patience

Je pense que la peur d’échouer ou de ne pas réussir m’a souvent rendue impatiente. Pour d’autres, cela peut être l’impatience de passer à la prochaine étape importante. Conséquence: nous ratons ce qui nous est donné à vivre dans le moment présent, à l’instant où nous sommes vivants.

Depuis quelques années, je me surprends parfois à regarder une personne me répéter une chose qu’elle m’a déjà dite, et souvent, j’y découvre des points importants qui m’avaient échappés.

Cultiver la patience va de pair avec cultiver le non-jugement, la confiance et la curiosité de l’esprit du débutant. C’est une patience joyeuse et pétillante, qu’il est essentiel de cultiver durant les formations en pleine conscience.

L’avis de Jon Kabat-Zinn

“Le fait de cultiver intentionnellement la patience est une sorte de reconnaissance que les choses se déroulent à leur manière et que, on ne peut pas se précipiter. Lorsque nous nous précipitons toujours pour aller ailleurs, cela a pour conséquence que nous ne sommes jamais là où nous sommes vraiment, ce qui est une immense tristesse et une perte énorme.

Parfois, nous sommes impatients avec les autres, au travail, pour faire avancer les choses. Cette sagesse de la patience est aussi quelque chose de profondément guérissant et réparateur. C’est un peu comme reconnaître que certains enfants ne le font pas lorsqu’ils essaient, par exemple, de faire sortir le papillon avant l’heure de la chrysalide. Certaines choses ne peuvent pas être précipitées, mais les choses se déroulent en leur temps.

Si nous apprenons réellement à être patients avec nous-mêmes, alors nous sommes habités par le moment présent d’une manière qui a un grand confort et une grande profondeur d’acceptation et de sagesse qui leur sont associés. ”

Le non-effort (ne pas se forcer)

La pratique de la pleine conscience consiste à cultiver le discernement nécessaire pour ne pas combattre les choses sur lesquelles nous n’avons pas de pouvoir. Chaque événement peut être vu comme un lieu d’apprentissage, parfois douloureux.  Nous pouvons en cultivant la curiosité joyeuse et patiente, laisser ces choses être comme elles sont.

 « Donne-moi le courage de changer les choses que je peux changer, la sérénité d’accepter celles que je ne peux pas changer et la sagesse de distinguer entre les deux. » – Marc Antoine

Développer notre conscience des choses inclut toutes sortes de choses,, qu’elles nous plaisent ou non. Si nous modifions, ou intervenons à chaque fois qu’une situation est désagréable, nous quittons notre état d’observation en pleine conscience de la situation désagréable.

Nous perdons alors l’opportunité de  mieux la connaître et par conséquent,  d’y faire face avec plus de pertinence et de discernement. C’est le rôle de la méditation dans notre vie quotidienne.

L’avis de Jon Kabat-Zinn

“Dans le développement de la conscience méditative ou consciente, nous adoptons la position inhabituelle pour les Occidentaux de ne pas essayer d’aller ailleurs. C’est ce que nous appelons le non effort, ou le fait de ne pas avoir d’attentes.  non-attaque ou même l’inaction (en anglais non Striving).

Cela permet de maintenir les choses en conscience sans avoir à les traiter, sans avoir à faire quoi que ce soit ou à essayer de connaître un état de relaxation ou de bien-être. Être simplement avec le déroulement de la vie d’un moment à l’autre sans aucun ordre du jour.

Quoi qu’il en soit, c’est extrêmement apaisant et réparateur pour nous, car nous avons tellement de projets et nous sommes toujours en route vers un meilleur moment dans le futur ou nous essayons d’échapper à quelque chose dans le passé. Mais le fait d’être dans un endroit où nous ne faisons pas d’efforts et ne faisons rien, où nous laissons les choses telles qu’elles sont, est extrêmement nourrissant et guérissant.

Ce n’est pas facile à faire car nous avons tellement de choses différentes sur notre liste de choses à faire que plus cette liste est longue, plus nous devrions nous donner du temps pour pratiquer la non pratique et l’inaction. Se rendre compte que ce qui est déjà là est suffisant. Même si ce n’est pas agréable en ce moment, c’est suffisant. Nous n’avons pas besoin d’y échapper ou peut-être de le réparer.

C’est une discipline, une attitude extraordinaire à faire vivre. Cela ne veut pas dire que vous ne ferez pas les choses, au contraire, cela signifie que quoi que vous fassiez, vous obtiendrez une bien plus grande sagesse et une meilleure adéquation à la situation. »

La gratitude

La gratitude est un sentiment doux vis-à-vis de soi et de la vie, quand on accepte de s’y abandonner en toute confiance, en lâchant prise et en regardant les choses sans jugement ni attentes.

L’avis de Jon Kabat-Zinn

“Nous sommes vivants, nous prenons cela pour acquis, un peu de gratitude envers notre corps, je travaille, je respire, mes yeux fonctionnent, mes pieds fonctionnent, mon foie aussi. Je veux dire que nous prenons tellement de choses comme allant de soi, dans ce sens ; les sept attitudes sont une façon de le rappeler. La gratitude devrait vraiment figurer dans cette liste. “

La générosité

La générosité trouve elle aussi naturellement sa place dans cette liste. La générosité s’incarne lorsqu’on se met à rendre à la vie ce qu’elle nous offre ou à donner aux autres ce qui les rend heureux. Non pour s’en féliciter et s’en vanter, mais pour donner de la joie aux autres et renforcer l’interconnexion.

Ainsi, vous montrez que vous vous souciez des autres et, ainsi, vous donnez réellement du temps, de l’attention et de la réflexion… à quelqu’un d’autre que vous.

L’avis de Jon Kabat-Zinn

« La gratitude et la générosité devraient donc figurer dans cette liste. Je pourrais continuer, mais je pense que 9 est suffisant. Il est difficile de garder plus de neuf choses en tête à un moment donné et, bien sûr, elles sont toutes complètement interconnectées, donc vous n’avez pas besoin de vous en souvenir.

Si vous pratiquez tout le reste est intégré. L’acceptation y est ancrée, la générosité, la gratitude, la confiance et ainsi de suite. Chacune de ces attitudes est la porte d’entrée de toutes les autres, et c’est pourquoi elles forment en fait, dans un certain sens, des manières différentes de comprendre ce qu’est réellement la pleine conscience. Je devrais probablement dire que dans toutes les langues asiatiques, le mot pour l’esprit et le mot pour le cœur sont les mêmes.

En anglais, lorsque vous entendez le mot mindfulness, si vous n’entendez pas le mot heartfulness, vous ne le comprenez pas vraiment. Ces attitudes font donc partie intégrante de l’élément de cœur, qu’il s’agisse de voir les choses telles qu’elles sont réellement. La chose la plus profonde que vous pouvez voir est l’interconnexion de toutes les choses. Dès que vous voyez cela, les émotions comme la colère, par exemple, sont très différentes. Notre peur, d’ailleurs, s’est vraiment transformée d’une certaine façon à cause de notre interconnexion.

C’est donc une façon de voir les autres tels qu’ils sont vraiment et de ne pas les considérer nécessairement comme des menaces. Ensuite, être capable de trouver un domaine commun, qui vient du cœur, de la tête, du corps, de la vie, comme un tout complètement intégré. »

En participant à un cycle de mindfulness, vous apprendrez à cultiver ces 9 principes essentiels. Rejoignez-nous lors de nos prochaines sessions d’introduction à la pleine conscience ou contactez-nous si vous avez des questions.

Marjan ABADIE, fondatrice de l’Institut Mindfulness.

Scroll to Top